maison Ribot

Lundi 11 janvier 2021

Carte postale de 1910 environ

Cette grande maison construite sur un terrain relativement étroit fut à l’origine propriété de la famille Mazetier.
Sur le cadastre napoléonien de 1820, ne figure à cet endroit, juste à côté de l’ancien cimetière, qu’un petit jardin appartenant à Philibert Mazetier. La route d’Issoudun n’existe pas et ne sera construite qu’en 1866 après bien des hésitations concernant son utilité et son tracé. Pendant ce temps on avait transféré le cimetière à son emplacement actuel et on avait élargi la grande route de Chénérailles.
C’est en 1871 que Pierre Maurice Mazetier, marchand de vins, décide de faire construire une maison sur cette petite parcelle triangulaire. Et en même temps la municipalité conduite par Mr Picon de Bonlieu, propose d’acheter le terrain et d’exproprier le sieur Mazetier. Officiellement, il s’agit d’agrandir la place pour accueillir de grandes foires, officieusement, les mauvaises langues prétendent qu’il fallait dégager la vue pour le notaire à l’emplacement de l’actuelle boucherie ! Mais Pierre Maurice Mazetier avait des relations et s’appuyant sur une pétition qui regroupait pas mal de ses employés et amis, il put construire sa maison en 1872 avec l’aval du Sous-Prefet d’Aubusson.
Quelques années plus tard, Marie Aline Mazetier épousa Jean Ribot de Lavaveix et la grande maison est ainsi devenue maison Ribot, marchand de vins en gros.

Cette carte postale par ailleurs très amusante, nous prouve que la place était bien assez grande pour accueillir toutes sortes de manifestations.